Pape Diouf s’est érigé en bouclier contre ceux-là qui ont très vite fait de critiquer son « Malaw», dédié à la communauté Laobé. Considéré par certains comme dérangeant avec une bonne dose de vulgarité et d’obscénité, le Tube « Malaw », selon Pape Diouf n’a rien d’obscène et gare à ceux qui vont tenter de le  censurer.

Avec des propos teintés souvent de menace, Pape Diouf a tenu à rappeler aux contempteurs de « Malaw » que la chanson, les paroles et même le clip n’ont rien de vulgaire. « Si on devait censurer « Malaw », beaucoup de chansons et de clips passeront aux ciseaux » a fait savoir Pape Diouf dans les colonnes du quotidien l’Observateur.

Ce tube très dansant qui fait le Buzz actuellement a même suscité des commentaires au-delà de nos frontières. L’invité de Pape Diouf, Baye Babou, d’origine gambienne a même été déclaré par certaines personnes comme persona no grata chez lui. Le Président gambien serait derrière cette fatwa a-t-on dit. Mais au finish, c’est l’intéressé même qui a élevé la voix pour dire qu’il en est rien. « Actuellement, je suis au Sénégal. Mais à chaque fois que je voudrais me rendre chez moi, en Gambie, j’irais. Je suis et je reste gambien. Je n’ai pas reçu de notification allant dans le sens d’une interdiction de séjour en Gambie » avait déclaré Baye Babou dans la presse.

Mais juste comprendre que « Malaw » est une affaire de laobé. Et chez les laobés, « DARA DOU DOY, NIOM REK DOYOU NIOU BAY DESS ». (Rien n’est de trop).