Pour Fadel Barro du mouvement Y en marre, l’option du  Non ne constitue pas une remise en cause des prises de position des autres organisations du Front anti-référendum. « Macky a choisi d’entrer dans l’histoire par la petite porte, donc nous ne pouvons que nous mobiliser pour lui montrer que la parole du dirigeant a toujours un caractère sacré dans notre société. A cet effet,  nous encourageons tous les Sénégalais de tous les bords à s’exprimer fortement pour le  Non. C’est tout à fait normal qu’il y ait d’autres fronts afin d’exprimer leur désaccord.

En outre, comme l’autre front est en discussion pour définir une position commune et que nous étions déjà dans ce processus du front Niani Banna avec un hymne «Sénégal Bagn na» et une cyber activité sur la toile, nous avons choisi d’y aller avec notre plateforme. Par ailleurs, nous n’excluons pas de créer des synergies d’actions avec d’autres plateformes pour renforcer la force du Non», clame le Y en marriste.

S’agissant des conséquences d’une victoire du Non, le  secrétaire général de la Raddho s’est voulu clair. «Le boycott est pour nous une démission et vise à maintenir le statu quo. Nous sommes persuadés que quand les Sénégalais auront connaissance de la réalité de cette révision, ils apporteront un soutien massif au Non. Si le président de la République est conséquent avec lui-même, il devra alors démissionner comme l’avait fait en son temps De Gaulle. Mais je doute que Macky Sall ait la grandeur de l’ancien président français pour pouvoir le faire», dit-il.