Bras de fer avec les autorités sportives : Hortense Diédhiou promet le grand déballage

Audio en français

Audio en wolof

La guéguerre entre Hortense Diédhiou et les autorités en charge du Sport est loin de connaître son épilogue. Après une sortie malheureuse à la suite de son élimination aux Jo, elle est la cible de ses dirigeants, des responsables du Cnoss, du ministère des Sport. Malgré tout, elle n’abdique toujours pas. Arrivée à Dakar hier, Hortense promet le grand déballage sous peu.

Ça va barder. De déballage en déballage. Le petit conflit va prendre de l’ampleur. Le choc des mots entre Hortense Diédhiou et les autorités sportives va s’emballer à nouveau. La Judoka semble prête pour monter sur le tapis de la guéguerre. Elle promet de cracher du venin, de dire ses quatre vérités dans les jours à venir. C’est avec un cœur plein d’amertume qu’elle a foulé le sol sénégalais hier après-midi. Dans la mêlée de la délégation sénégalaise qui est rentrée hier, Hortense Diédhiou s’empresse de vider les lieux. Pas moyen de lui tirer les vers du nez. «Non, là je n’ai rien à dire. Je suis fatiguée, mais ne vous en faites pas. J’ai beaucoup de choses à dire. Je vais faire un point de presse. Je dirai à mon attaché de presse de contacter tous les journalistes du Sénégal. Ne vous inquiétez pas, il y aura beaucoup de choses à dire», balance-t-elle d’un ton sec. Puis elle s’occupe de ses bagages, déclare le conflit, retrouve ses proches venus la chercher et s’en va. Si la judoka est dans une logique de guerre, c’est parce que les précédents font légion. Hortense s’était lâchée à la suite de son élimination, dénonçant un manque de soutien des autorités, les conditions de préparation des jeux, l’absence de son coach à Rio et surtout le cafouillage qu’elle a vécu lors de son voyage pour le Brésil. Son coup de gueule a fait trembler les autorités sportives. D’abord c’est Babacar Makhtar Wade, président de la Fédération sénégalaise de Judo qui monte au créneau pour descendre en flamme son athlète. Puis c’est au tour de Diagna Ndiaye, Président du Cnoss d’ouvrir le feu sur le porte-drapeau du Sénégal. Du côté du ministère des Sports aussi, des piques ont été décochées à l’endroit de la judoka. D’ailleurs hier, nos confrères du journal «Le Quotidien» avaient donné l’information selon laquelle Hortense Diédhiou a payé 150 dollars de pénalités lors de son retour au pays. Selon nos confrères, en raison de sa sortie malheureuse, Hortense a vu son billet retouché et son retour avait été avancé au 15 août dernier. Mais comme elle n’est pas rentrée à cette date, elle a dû payer les pénalités pour pouvoir pendre le vol Luanda-Addis.  Ça, c’est du haut vol.

IGFM

 

Vos Commentaires

Partager l'article

Translate »