poignarder

Thiès : Bagarre meurtrière entre deux mineurs : Faye tranche la gorge à son ami F. Ndiouck

Audio en français

Audio en wolof

A la suite d’une altercation, K. Faye a tranché la gorge à son ami F. Ndiouck, qui s’est vidé de son sang, avant de rendre l’âme.

Au quartier Diamaguène derrière les ateliers des chemins de fer, vers 10 heures, F. Ndiouck qui était parti chercher de l’herbe, a eu une altercation avec K. Faye. Ce dernier était venu remonter les bretelles à F. Ndiouck, qui corrige souvent son jeune frère. Très en colère, K. Faye a sommé F. Ndiouck d’arrêter de frapper son petit frère. Les deux gosses ont fini par en venir aux mains. Et au cours de la bagarre, F. Ndiouck aurait reçu un coup de couteau à la gorge. Cette version est celle des porches du jeune défunt. Toutefois, des proches du mis en cause contestent cette version. Ils déclarent que lorsque les deux enfants ont commencé à se battre, ils ont engagé un corps à corps, et sont tombés tous les deux. Et malheureusement, F. Ndiouck, qui a touché terre en premier, est tombé sur un tesson de bouteille qui lui aurait tranché la gorge. Blessé, F. Ndiouck a réussi à traverser les rails avant de tomber pour ensuite se vider de son sang.

Informés, les enquêteurs de la police du 1er arrondissement et les sapeurs-pompiers ont procédé aux constats d’usage avant d’acheminer le corps sans vie de la victime à la morgue de l’hôpital régional de Thiès. Mamadou Tall, un notable du quartier, a déploré l’insécurité dans la zone. «Nous sommes très inquiets face à l’insécurité dans notre quartier, où se passent souvent des faits de ce genre. Nous demandons vivement aux autorités de faire en sorte que des rondes régulières de la police aient lieu pour sécuriser ce quartier.» Quant à Abdoulaye Ndao, il a imputé cet état de fait au fort taux de chômage des jeunes et à la prolifération des armes blanches dans la localité. «Les jeunes garçons disposent tous d’armes blanches. Ils en ont besoin parce qu’ils vont dans la brousse pour chercher de l’herbe afin d’assaisonner le couscous qu’ils revendent sur le marché. Dans notre quartier, il y a un fort taux de chômage. Et les jeunes disposent chacun d’un couteau pour exécuter de petits boulots informels», regrette-t-il. Khadim Faye a été placé en garde à vue au commissariat du 1er arrondissement de Thiès. Une enquête est ouverte pour élucider les circonstances de la mort de F. Ndiouck.

Avec: L’Observateur

Vos Commentaires

Partager l'article