viol

Tentative de viol: Mor Niang écope10 ans de prison ferme

Audio en français

Audio en wolof

Mor Niang  est condamné à 10 ans de prison ferme pour tentative de viol sur deux mineur Maïmouna âgé de 3 ans et Dieynaba de 5 ans. « Et s’il avait réussi à faire sa sale besogne? ». Tel était la question que se posaient toutes les personnes qui ont assisté à l’audience.

L’affaire s’est passée à Guédiawaye il y a quelques jours. Mor Niang qui a trouvé les deux gamines en train de jouer devant le domicile de leurs parents, a eu la très mauvaise idée de les enlever pour ensuite les enfermer dans un bâtiment en construction dans le but d’abuser d’elles. C’est quand il s’apprêtait à passer à l’acte que les mômes se sont mis à crier de toutes leurs forces. Heureusement pour elles, Demba Thiam un habitant du quartier qui passait dans les parages par hasard a entendu les cris. Aussitôt, il essaie de savoir ce qui se passait. Quand Demba entre dans le bâtiment, sa surprise fut tellement grande qu’il n’en revenait pas. Avec l’aide des jeunes du quartier, il arrête le pédophile avant de faire appel aux parents des deux victimes.

«Quand je suis arrivé sur les lieux, j’ai demandé au sieur Niang s’il avait touché aux filles. Il m’a rétorqué qu’il ne leur avait rien fait  et qu’il voulait tout simplement jouer avec elles. J’ai alors demandé à Madame Sagna qui se trouve être la mère de l’autre fille de venir avec moi à l’hôpital pour en avoir le cœur net. Là, le médecin nous notifie que les filles n’ont pas été déflorées. C’est ainsi qu’à notre retour, j’ai, avec l’aide des jeunes du quartier, conduit le prévenu au niveau de la police», a déclaré Abdoulaye Diouf, père d’une des victimes.

Prenant ses réquisitoires, le procureur de la République a déclaré qu’aussi bien les faits de tentative de viol que de détournement de mineures étaient constants puisque selon le maître des poursuites, il y a eu un commencement d’exécution et une absence de désistement volontaire. Pour tout cela et conformément à l’article 346 du code pénal, il a demandé au tribunal de condamner Mor Niang à 10 ans de prison ferme.

N’ayant pas d’avocat pour assurer sa défense, la parole a été donnée une dernière fois au prévenu qui n’a pas été très bavard au cours de l’audience et n’a presque pas répondu aux questions des juges. Sauf quand la présidente du tribunal lui a demandé s’il jouissait de toutes ses facultés mentales. «Non, je ne suis pas bien dans ma tête, je suis fou…», a-t-il répondu. Finalement le tribunal a décidé de suivre le parquet en condamnant Mor Niang à 10 ans de prison ferme.

Samsidine DIATTA

Vos Commentaires

Partager l'article