fb_img_1458935472029

Portrait de Serigne Babacar Sy, « Borome bonnet carré bi »

Audio en français

Audio en wolof

« Sudul wone sama baye, kouma wo ci photo ma wouyoula » disait Serigne Ababacar Sy.

Dans la série de  portraits que votre site waxma.com vous propose à l’occasion de la célébration du Maouloud 2016, nous découvrons aujourd’hui le premier Khalife de Seydi Hadji Malick Sy.

Fils de la première femme de Maodo, Sokhna Rokhaya Ndiaye, Serigne Babacar naquit à Saint-Louis en 1885, un universaliste de principe il a cherché à répandre une moralité et une philosophie sénégalaise de l’Islam. Babacar de son vrai nom reçut l’enseignement coranique à Saint-Louis, après avoir appris le Coran, il apprit le Chariyatoul Islamique. Connu sous le nom de Mbaye Babacar, il était un Khalife du Cheikh de la Tarîqa Tidianiya, il était un « Waliyu » et vrai disciple de Cheikh Ahmed Tidiane. Il écrit beaucoup de poème sur le prophète, sur le cheikh et sur son père et wassila cheikh Seydi Hadji Malick Sy. Il succède à son père en 1922  et est le premier au Sénégal à avoir porté le titre de Khalife général de la confrérie musulmane communément connue sous le nom de « Tidianiya ». Il est le père d’El Hadj Mansour Sy et de Cheikh Ahmed Tidiane Sy Al Makhtoum (l’actuel Khalife). Quelques jours avant la disparition de son père, il fut rappelé par lui alors qu’il séjournait à Rufisque et lui donna quelques conseils en compagnie de son ami Seydou Nourou Tall. « Borome bonnet carré bi » a été le premier à créer les Dahiras  (Dahiratoul Kiram), clubs religieux où se forment les adeptes de la religion, en 1932. De son magistère, il a toujours défendu avec dévouement, trois choses : l’islam, la Tarikha Tidiane et les «Dahiras».
Serigne Babacar Sy était également réputé comme étant un grand savant mystique. L’on rapporte qu’il répondait à certains de ses disciplines qui évoquaient son nom dans leurs prières. Nourri de culture du raffinement et de la délicatesse en grand Saint-louisien de naissance, Serigne Babacar Sy était pour les disciples, l’homme de la situation. Ouvert d’esprit et sur son monde, mais ferme dans ses principes et la défense de la Tidianiya.

Il a tellement marqué son Khalifa que les générations successives qui ne l’ont pas connu en font pourtant leur modèle spirituel. De tous ceux qui ont visité son œuvre, le témoignage reste le même. «Serigne Babacar Sy était un fin lettré, un poète au talent rare, un spécialiste de la Tajwiid (bonne diction en lecture coranique) et un Tafsir (exégète) du Saint-Coran », disent-ils en chœur. Serigne Babacar Sy a rendu l’âme à son domicile de Tivaouane le 25 Mars 1957 alors qu’il avait 72 ans. Il sera succédé par son petit frére Serigne Mansour Sy Al Malick, qui sera votre prochain portrait que votre site vous proposera sur la route du Gamou.

Abdoulaye DIOP

Vos Commentaires

Partager l'article