Nauffrage d’un bateau de migrants en Égypte : le bilan risque de s’alourdir

Audio en français

Audio en wolof

Mercredi matin 21 septembre, un bateau dont le nombre de migrants à bord est estimé entre 450 et 600, a chaviré à 12 km des côtes égyptiennes. Des Égyptiens, Somaliens, Éthiopiens ou encore Syriens étaient à bord. Les secours sont arrivés six heures plus tard sur place et ont pu sauver 163 personnes. Le bilan provisoire est de plus de 100 morts mais il pourrait être beaucoup plus lourd.

Muhammed Kashef, responsable du programme de défense des migrants au sein de l’ONG EIPR, s’est entretenu toute la journée avec des rescapés dont la plupart ont perdu des proches dans le drame. « Beaucoup de familles attendaient sur la côte au sujet d’éventuelles nouvelles, ou de l’arrivée de nouveaux survivants. Les témoins expliquent qu’il y avait d’abord 200 personnes sur le bateau, ensuite plusieurs petits bateaux sont venus pour faire embarquer d’autres migrants sur le navire. »

Avec 500 à 600 personnes à bord, le bateau surchargé a rapidement chaviré « C’était misérable, parce que c’était si proche de la côte égyptienne, le bateau n’était pas adapté pour embarquer autant de personnes. Ce genre de bateau à deux étages et une soute a aussi une sorte de grand frigidaire pour les poissons, et ces trois parties étaient remplies de migrants. Les gens disent qu’il y avait plus de 100 migrants dans le frigidaire, ils ne pouvaient pas en sortir quand le bateau a coulé. »

Certains pêcheurs égyptiens ont trouvé un nouveau marché lucratif dans l’organisation des traversées. « A cause de la situation économique et de la chute du marché de la vente de poisson, et plusieurs autres raisons, il y a des pêcheurs impliqués dans cette activité. Ils étaient impliqués dans la contrebande de produits divers, maintenant ils sont devenus passeurs. »

En Égypte, près de 5 000 personnes ont été détenues cette année pour avoir tenté de traverser la Méditerranée, tandis que 60 000 personnes ont réussi à rejoindre l’Italie au départ de Libye ou d’Égypte, dont une part croissante de mineurs Égyptiens.

Source : Rfi

Vos Commentaires

Partager l'article

Translate »