Manque de transparence des investissements publics: un facteur bloquant pour gagner la confiance des bailleurs

Audio en français

Audio en wolof

Gouvernement du Sénégal et les Etats-Unis d’Amérique ont   procédé, ce mardi 20 juin 2017, à Dakar, à la revue annuelle conjointe de leur programme de coopération en cours d’exécution pour la période 2015-2019. Cette rencontre a permis d’identifier les principales contraintes et de formuler des recommandations en vue d’une plus grande efficacité dans la réalisation des activités.

«Si les progrès réalisés ont été impressionnants dans le cadre du programme croissance économique, la lenteur de la mise en œuvre des grandes réformes limite la capacité du gouvernement à atteindre ses objectifs ». C’est la déclaration fait  hier à Dakar par Mme Martina  Boustani, chargée des affaires de l’ambassade des États-Unis lors de  la revue annuelle conjointe du portefeuille de l’USAID avec le Gouvernement du Sénégal. Selon elle, les délais au niveau des réformes essentielles pour un environnement des affaires  favorables, telles que le foncier et la libéralisation des marchés financiers, ainsi que le manque de transparence des investissements publics, limitent également la confiance des investisseurs. A cet effet, elle a indiqué  que depuis 1961, l’USAID coopère avec le Gouvernement du Sénégal et apporte un appui technique et financier dans les secteurs de la croissance économique, de la santé, de l’éducation et de la gouvernance. « Ces efforts conjoints sont à l’image des liens de partenariat solides et dynamiques qui existent entre nos deux pays et soulignent  les objectifs communs au peuple du Sénégal et au peuple des Etats-Unis », a-t-elle soutenu.

Plus de 1 200 milliards de FCFA de l’USAID injectés au Sénégal en 55 ans 

Abondant dans  le  même le sens, Amadou Ba,  ministre en charge de l’Economie, des Finances et du Plan, a rappelé que le programme  bilatéral qui a débuté en 1961 s’est intensifié au fil des années pour atteindre un montant cumulé d’environ 1 231 milliards de francs Cfa en 2016. Toutefois, le ministre a reconnu que malgré des résultats encouragements, le programme croissance économique demeure confronté à certains défis tels que l’insuffisance des infrastructures de stockage et des ressources humaines. Parmi ces obstacles, Amadou  Ba a cité la faiblesse de l’harmonisation des approches et de la coordination des programmes d’eau et d’assainissement en milieu rural, mais aussi une insuffisance de la coordination avec les  différentes initiatives gouvernementales, tel que le programme national  d’investissement agricole. Ainsi  le ministre en charge de l’Economie est  largement revenu  sur  les résultats  satisfaisants  de la coopération, à savoir l’accroissement des fonds de crédit-bail de la  garantie pour  la mécanisation des chaines  de valeur agricoles de  7  millions  de  dollars  américains, soit environ 4 milliards de francs  CFA, et de la formation de 114542 personnes à l’agriculture de conservation et à d’autres pratiques agricoles novatrices et  la création  de 10062 emplois dans les chaines de valeur céréalières. A cela s’ajoutent, entre autres, l’augmentation du nombre de producteurs  utilisant des technologies et pratiques agricoles améliorées, la  production  de 397800 tonnes équivalant à 31,5 milliards de francs CFA,  et  l’octroi de prêts d’un montant d’environ 14 milliards de francs Cfa aux producteurs de riz  irrigué. Par ailleurs, Amadou Ba a invité l’USAID et l’ensemble des acteurs du gamme de coopération à améliorer le système de reporting en vue de permettre à la partie sénégalaise d’avoir une situation exhaustive du portefeuille et de rendre plus visible la contribution du gouvernement américain au développement économiques et sociales au Sénégal.

 

Dakarmati

Vos Commentaires

Partager l'article

Translate »