macky-sall-bilan

Macky Sall fait son bilan de quatre années…

Audio en français

Audio en wolof

Pour parler de ses quatre années à la tête du pays, de l’évolution du Sénégal et des grands débats internationaux du moment, le président de la République, Macky Sall, a accordé une interview à “Jeune Afrique”. Le président esquisse un premier bilan et revient sur les affaires qui agitent les médias locaux, de Wade fils à Sall maire et frère (Khalifa et Aliou). Sans oublier les enjeux mondiaux que sont le terrorisme, l’immigration, la CPI…Morceaux choisis.

“Le Sénégal va mieux…”

«Je suis satisfait des efforts fournis à travers le Plan Sénégal émergent, qui ont permis d’obtenir des niveaux de croissance soutenus : le Sénégal, en 2015, a été la troisième économie la plus dynamique en Afrique, quasiment ex aequo avec la Tanzanie et derrière la Côte d’Ivoire. Depuis 2012, notre croissance a régulièrement progressé, jusqu’à 6,5 % aujourd’hui, et nous projetons d’atteindre 6,8 % en 2017. Cette progression s’accompagne d’une bonne maîtrise budgétaire. Nous avons également sensiblement augmenté le recouvrement : en 2012, le budget de l’État était de 2 200 milliards de F CFA [3,35 milliards d’euros]. Avec la loi de finance 2017, nous sommes à 3 360 milliards de F CFA, soit plus de 1 100 milliards en seulement quatre ans d’exercice !

C’est un gros effort. Sur la même période, nous avons mobilisé plus de 5 100 milliards de F CFA auprès des bailleurs et des investisseurs internationaux, contre moins de 4 000 milliards sur les douze années précédentes. Ils nous font confiance, ce qui nous permet d’accélérer notre développement, notamment dans les domaines de l’éducation, de la santé, des infrastructures routières et de l’électrification, qui atteindra les 60 % de taux de couverture en 2017.

Sans oublier la modernisation de notre agriculture, qui nous permettra par exemple de produire l’intégralité du riz que nous consommons en 2017. Maintenant, tous les défis ne peuvent être relevés en un laps de temps aussi court, d’autant que nous partons de loin. La question de l’emploi, par exemple, demeure notre grande priorité.»

“Je suis fier de…”

«Je crois pouvoir être fier de notre politique d’inclusion sociale et de développement du capital humain, notamment avec le programme national de bourses destinées aux familles les plus démunies, de l’ordre de 30 milliards de F CFA pris sur le budget de la présidence de la République. Elles sont aujourd’hui 300 000 à en bénéficier. Il faut y associer la couverture maladie universelle et la carte d’égalité des chances, qui rendent gratuits les services médicaux pour les personnes vivant avec un handicap, pour les enfants de 0 à 5 ans et pour les personnes âgées dans le cadre du plan Sésame pour les plus de 60 ans. »

“Faire évoluer les mentalités”

«Le plus difficile est de faire évoluer les mentalités. Un certain nombre d’acteurs ne croient toujours pas aux vertus du travail. Je sais que c’est un combat de longue haleine. Je me heurte à des résistances réelles, y compris dans ma famille politique. Nous voulons rattraper notre retard et nous voulons l’émergence, il nous faut donc travailler plus que les autres. »

“Je me réjouis de la découverte du pétrole”

«Je me réjouis évidemment des découvertes réalisées en 2015, notamment celle faite par la société écossaise Cairn Energy au large de Sangomar, en offshore profond. Nous avons des indices très intéressants qui font état de réserves relativement importantes, mais cela a besoin d’être confirmé. S’ouvre désormais la phase de développement, à l’issue de laquelle nous saurons avec certitude quel est le potentiel de ce gisement. Pour le gaz également, nous avons eu la chance de faire des découvertes dans le bloc de Saint-Louis et dans celui de Kaya.

Là, c’est Timis Corp qui était l’opérateur, mais il a très vite traité avec Kosmos Energy, une compagnie américaine. Kosmos est aujourd’hui en négociation avancée avec des majors pour la phase de développement, qui demandera de 4 milliards à 5 milliards de dollars d’investissement [de 3,8 milliards à 4,8 milliards d’euros environ], avant la mise en production. Si tout cela se confirme, cela changera évidemment le profil du pays et accélèrera son développement.

À condition de bien gérer ces ressources et de ne pas se reposer sur cette rente. Les hydrocarbures doivent nous servir de levier pour renforcer notre économie. Raison pour laquelle j’ai mis en place un comité d’orientation stratégique qui aura pour vocation de conseiller le président de la République et le gouvernement. Par ailleurs, nous réserverons au moins un tiers des revenus éventuels aux générations futures en alimentant un fonds souverain.»

“Mon frère Aliou Sall s’est battu seul sans mon aide”

« Je ne mêle jamais ma famille à la gestion du pays. Si mon frère a été amené à être cité dans des affaires de sociétés privées, c’est parce je lui avais justement indiqué très clairement, dès ma prise de fonctions, qu’il ne bénéficierait jamais de ma part d’un décret de nomination, notamment en raison de l’histoire récente du Sénégal [Wade père et fils] et parce que je ne voulais pas être accusé de népotisme. Je lui avais même conseillé, à l’époque, d’essayer de voir dans le privé.

Alors, lorsque plus tard il est venu me dire qu’il avait signé un contrat avec une compagnie qui fait de l’exploration pétrolière [Timis Corp], honnêtement, je ne voyais pas quel problème cela pouvait poser. Les médias ont pensé le contraire, et la polémique a enflé.

Je l’ai donc appelé pour lui dire que, compte tenu de la confusion entretenue, il fallait qu’il quitte cette société ou, du moins, qu’il ne travaille pas sur les activités de cette société au Sénégal. C’est injuste pour lui, mais c’est ainsi. Son frère est président et il doit en tenir compte. Idem en politique, puisqu’il a été élu maire de Guédiawaye : il est allé à la bataille tout seul, sans mon aide. Et il a gagné. »

“Les législatives auront lieu le 2 juillet 2017”

«J’ai reçu l’opposition, début décembre, pour discuter de ses préoccupations par rapport à un certain nombre de sujets liés au processus électoral. Ce dialogue politique a permis d’évacuer la majorité d’entre elles : ils voulaient une date d’élection, ce sera le 2 juillet 2017 ; ils voulaient que le processus d’enrôlement lié aux cartes d’identité biométriques soit simplifié, ce sera le cas. Il ne reste qu’un point ou deux où nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes, notamment sur la création d’une autorité d’organisation des élections.

Je pense que le Sénégal n’en a pas besoin et qu’il l’a prouvé à maintes reprises. C’est un pays qui a connu plusieurs alternances avec le même mode d’organisation des élections et un système totalement transparent. Quant aux résultats eux-mêmes, mes alliés et moi n’entendons pas faire moins bien qu’en 2012 [l’alliance présidentielle détient 120 sièges de députés sur 150]. »

“Khalifa Sall est libre de partir”

« Je suis un démocrate et un libéral, je n’exigerai jamais que quelqu’un me suive aveuglément. Donc s’il y a des gens au sein de notre coalition qui ne sont pas d’accord, ils sont libres de partir. Cela vaut aussi pour Khalifa Sall [le maire de Dakar]. Je n’ai aucun problème avec ça, seulement il faut assumer sa rupture. Je tends la main à tous les Sénégalais, de quelque bord qu’ils soient, pour nous accompagner.

J’entends travailler à l’élargissement de la coalition, qui, il faut le souligner, est la première au Sénégal à avoir duré aussi longtemps. Nous irons ensemble aux législatives puis, je l’espère, à la présidentielle de 2019. Mon principal opposant est ce qu’on appelle le “parti de la demande sociale”. Mon souci, ce n’est pas untel ou untel, c’est la satisfaction des besoins fondamentaux de mes concitoyens. »

 

“La justice s’est prononcée sur le cas Karim Wade”

« Le Sénégal a adopté une politique rigoureuse, qui n’était pas évidente dans un pays africain, en mettant en place la déclaration de patrimoine pour ceux qui bénéficient d’un mandat et qui gèrent des deniers publics supérieurs à 2 millions de dollars. Nous avons réactivé la Cour des comptes, réformé la magistrature et le code des marchés publics. Nous avons également installé un certain nombre d’organes, dont l’Office national de lutte contre la fraude et la corruption [Ofnac], doté de moyens suffisants pour pouvoir agir efficacement.

L’objectif n’est pas tant la répression que la pédagogie, pour que les gens comprennent que nous n’avons pas d’autre choix que de travailler dans le sens de la bonne gouvernance. Pour le reste, et notamment les affaires qui intéressent les médias [allusion à Karim Wade], la justice s’est prononcée. C’est ce qu’on appelle l’autorité de la chose jugée. Je n’ai aucun autre commentaire à formuler à ce sujet. »

“ Tant que l’Afrique ne sera pas en sécurité…”

« Le terrorisme est le fléau des temps modernes. L’Afrique paie un lourd tribut et se trouve aujourd’hui face à des situations de menaces asymétriques auxquelles elle n’était pas préparée. Nous devons faire une mise à niveau rapide, mais tout cela coûte très cher alors que d’autres urgences, sociales essentiellement, devraient accaparer notre attention et nos ressources. Il faut développer une coopération qui s’appuie sur la conviction que la sécurité de l’Afrique est intrinsèquement liée à la sécurité du monde. Tant que l’Afrique ne sera pas en sécurité, le monde ne sera pas en sécurité. L’autre enjeu, dont on parle moins alors qu’il est essentiel, c’est le discours doctrinal. Les musulmans eux-mêmes doivent prendre en charge cette question afin d’endiguer la propagande qui endoctrine des générations d’Africains mais aussi d’Européens. Nous voulons un islam modéré, qui prône la tolérance et la paix. Et nous devons donc, avec nos érudits, les imams, les oulémas, élaborer ce discours pour que personne ne soit tenté par une radicalisation qui ne tire son fondement d’aucun enseignement, et certainement pas de celui du Coran. »

“Pourquoi nous avons présenté la candidature de Bathily”

« Nous souhaitons apporter notre contribution à la gestion de l’UA. Nous avons donc présenté un candidat pour le poste de président de la Commission, le professeur Abdoulaye Bathily. Un homme politique reconnu et d’expérience, historien, et qui, je le précise, n’est pas de mon parti. Nous soutenons le retour du Maroc au sein de l’UA, c’est une chose naturelle et normale. Personne ne refuse, par principe, que le Maroc revienne. Ce qui peut poser problème, en revanche, c’est le sort de la République arabe sahraouie démocratique [RASD]. Mais aujourd’hui, nous n’avons pas besoin d’attiser des clivages au sein de l’Afrique. Nous avons tellement d’urgences et tellement de batailles à mener ensemble pour le développement de notre continent que nous devons éviter la division. »

«Nous soutenons la CPI»

« Le Sénégal a été le premier État au monde à ratifier le traité de Rome. Nous soutenons donc la CPI, parce que nous pensons que la justice pénale internationale doit être renforcée pour lutter contre l’impunité. Mais si des revendications ou des critiques sont exprimées, il faut qu’elle en tienne compte. Nous pourrons ainsi engager un débat avec les pays qui ont l’intention de la quitter, sur des bases saines et sereines. »

“Nous avons été surpris par les résultats de la présidentielle gambienne”

« Après vingt-deux ans, le peuple gambien a décidé de changer de régime politique. Comme tout le monde, nous avons d’abord été très surpris par les résultats. Dès leur proclamation officielle par la commission électorale, j’ai adressé un message au président élu, Adama Barrow, l’informant de notre disponibilité à poursuivre le travail que nous avions entamé avec Yahya Jammeh, et même de notre volonté d’aller plus loin. Maintenant, nouvelle surprise, la situation a radicalement changé et Yahya Jammeh est revenu sur son engagement. Il doit évidemment revenir à la raison et céder la place au président élu. C’est la mission qui incombe à la Cedeao, qui privilégiera jusqu’au bout la voie du dialogue. »

 

Vos Commentaires

Partager l'article

  • thomas frank

    Attention!

    Ceci est une publicité en ligne d’un prêteur agréé et agréé par le gouvernement qui accorde des prêts de différentes sortes, par exemple, prêt hypothécaire, prêt commercial, prêt automobile aux parties sérieuses et intéressées contre un taux d’intérêt très bas de 3%. Demandez votre prêt maintenant. Si vous êtes intéressé contactez par email: Thomasfrankfirms@gmail.com
    Merci,
    Thomas

  • carolina william

    Je suis Mme Carolina. William, originaire des États-Unis, je veux partager avec chacun un témoignage de ma vie. J’étais mariée à mon mari William, je l’aime tellement que nous sommes mariés depuis 7 ans avec deux enfants. Lorsqu’il est parti en vacances en France, il a fait référence à une femme nommée Ashley et m’a dit qu’il ne s’intéressait plus à notre mariage. J’étais tellement confuse et à la recherche d’aide, je ne sais pas quoi faire avant d’avoir rencontré mon amie Mary et je lui ai dit mon problème. Elle m’a dit de ne pas m’inquiéter si j’avais un problème similaire avant et elle m’a présenté à un homme nommé Prophète TAKUTA qui a jeté un sort sur son ex-petit ami et l’a ramené après 3 jours. Mary me demande de communiquer avec le prophète TAKUTA. Je l’ai contacté pour m’aider à récupérer mon mari et il m’a demandé de ne pas craindre que les dieux de ses ancêtres se battent pour moi. Il m’a dit qu’après trois jours, il se joindrait à moi et à mon mari ensemble. Après trois jours, mon mari m’a appelé et m’a dit qu’il cherchait encore des choses avec moi, ce qui m’a surpris quand je l’ai vu et a commencé à pleurer de pardon. En ce moment, je suis la femme la plus heureuse sur terre pour ce que ce grand prophète a fait pour moi et mon mari, vous pouvez contacter son email: takutaegbedie@gmail.com.ou WhatsApp .. lui dans ce numéro. +2348165186811 Contactez-le pour tout problème tel que:
    (1) Si vous voulez que votre ex retourne
    (2) Si vous avez toujours de mauvais rêves.
    (3) Vous voulez être promu dans votre bureau.
    (4) Si vous voulez un enfant.
    (5) soins à base de plantes
    (6) Vous voulez être riche.
    (7) Il veut lier son mari / femme pour toujours.
    (8) Si vous avez besoin d’une aide financière.
    (9) Laisser les gens obéir à leurs paroles et faire leur souhait
    (10) solution de cas ETC
    Contactez-le à nouveau à takutaegbedie@gmail.com ou WhatsApp .. lui dans ce numéro. +2348165186811 et soyez béni

  • Amy Jessica

    Obtenir
    un prêt légitime a toujours été un énorme problème Pour les clients qui
    ont un problème financier et qui ont besoin d’une solution. Les
    clients sont toujours préoccupés par la question du crédit et des
    sûretés lorsqu’ils sollicitent un prêt auprès d’un prêteur légitime. Mais… nous avons fait cette différence dans le secteur des prêts. Nous
    pouvons prendre des dispositions pour un prêt allant de 5 000 USD à 500
    000 000 USD à 3% d’intérêt. Veuillez répondre immédiatement à cet
    e-mail: billjohnson.loanfirm011@gmail.com

    Nos services incluent les suivants:

    Consolidation de la dette

    Deuxième hypothèque

    Prêts aux entreprises

    Prêts personnels

    Prêts internationaux

    Prêt pour toutes sortes

    Prêt familial
    nous
    finançons des petites entreprises de prêt, des intermédiaires et de
    petites institutions financières car nous disposons d’un capital
    illimité. Pour
    plus de détails sur l’obtention d’un prêt, contactez-nous, veuillez
    répondre immédiatement à cet email: billjohnson.loanfirm011@gmail.com

    M. Bill Johnson

  • Peter Channing

    Bonjour,
    Avez-vous besoin de l’aide d’une société de prêt privée de confiance pour nettoyer votre département sans aucun coût initial? Ou vous avez un problème avec les prêteurs passés et vous voulez un vrai

    Alors, vous êtes bienvenue à Mme Bernice Finance Kredit en association avec la Banque régionale. Je suis un prêteur de prêt privé de confiance et je peux vous aider avec un formulaire de prêt un

    fourchette de 5 000 euros minimum, 500 000 000,00 euros maximum pour un taux d’intérêt de 24% par an.
    Je donne le prêt dans les heures qui suivent le traitement de vos documents.
    Une fois le processus terminé, vous obtenez le prêt en express.
    C’est une véritable opportunité d’obtenir un prêt d’une entreprise de confiance, Mme Bernice est là pour vous aider.
    Contacter maintenant:
    Courriel: bernicedebaetskredit@gmail.com,
    Message / Via Whatsapp: +1 (872) 307-0988.
    Pour plus d’informations.
    Cordialement.

  • DrJustin Scott

    “Je suis ici pour exprimer ma profonde et chaleureuse gratitude envers le prêt Private Trust, dont je suis titulaire. Je quitte maintenant une vie heureuse depuis les 4 derniers mois. J’ai maintenant une entreprise à mon compte gratuitement après la demande. Vous peut faire un contact pour le vôtre à partir de Via email: [privatetrustloan@consultant.com]