MS Conseil ministres

Lutte contre le faux monnayage : Macky durcit la traque

Audio en français

Audio en wolof

Le Président Macky Sall a fait adopter, hier, en Conseil des ministres, le projet de loi relatif à la répression du faux monnayage et autres atteintes aux signes monétaires.

Les trafiquants de faux billets peuvent se faire des soucis. Le gouvernement a décidé de frapper fort au niveau du faux monnayage. Macky Sall vient de renforcer les dispositions de réprimer sévèrement ceux qui s’adonnent à une telle pratique qui nuit au franc CFA.
Le projet de loi relatif à la répression du faux monnayage et autres atteintes aux signes monétaires a été adopté hier. En tout cas, ces décisions viendront mettre un terme à ces pratiques qui ont cours dans notre pays. Avant-hier, le jeune rappeur Baba Ndiaye, alias Ngaka Blindé, a été arrêté avec plus 5 millions FCFA en faux billets.
Le musicien Thione Seck, lui aussi, fut impliqué dans une affaire de fausse monnaie qui lui avait valu des chefs d’inculpation pour association de malfaiteurs et détention de signes monétaires falsifiés. Les exemples font légion.
C’est dire que le Sénégal est devenu un pays de faux monnayage. Rien qu’entre 2015 et 2016, 43 milliards FCFA en faux billets de banque ont été mis hors circuit par les forces de défense et de sécurité. La brigade de Diamniadio avait mis la main sur deux faussaires, appréhendés à Sébikotane avec des liasses d’une valeur de deux milliards de FCFA. Le faussaire, un marabout et son bras droit, avaient été interpellés à la suite d’une dénonciation anonyme.
Courant novembre 2015, les pandores de la Brigade de Samine (région de Sédhiou) ont mis le grappin sur deux jeunes faussaires qui cherchaient à mettre en circulation la somme de 843.000 FCFA en faux billets de banque. A signaler qu’au Sénégal, le code pénal prévoit des peines allant des travaux forcés à perpétuité et d’une amende décuplée à la valeur desdits signes et au moins égale à 20.000.000 de FCFA à l’encontre de toute personne qui aura contrefait, altéré ou falsifié des signes monétaires ayant cours légal sur le territoire national et à l’étranger. Si le coupable bénéfice de circonstances atténuantes, la peine ne pourra être inférieure à 5 ans de travaux forcés et un 1.000.000 de francs d’amende.

Waxma.com/RP-REWMI QUOTIDIEN

Vos Commentaires

Partager l'article