Rebecca

La Ghanéenne Rebecca Asamoah, première «Miss Continent africain» de l’histoire

Audio en français

Audio en wolof

La Ghanéenne Rebecca Asamoah, 24 ans, est devenue samedi 30 avril 2016 la première « Miss Continent africain » à Johannesburg, en Afrique du Sud. Dauphine du concours Miss Ghana 2015, la jeune femme repart avec une bourse pour étudier la gestion des affaires à l’université Monash. La représentante zambienne Michelo Malambo a fini deuxième, devant la Sud-Africaine Jemimah Kandimiri, qui complète le podium pour cette première sur le sol africain.

Elle a 24 ans, est Ghanéenne, et restera comme la première «Miss Continent africain »  de l’histoire. Samedi soir, Rebecca Asamoah s’est vue sacrer reine de ce nouveau concours de beauté, dans la salle de spectacle du Gold Reef City Casino, à Johannesburg. Elle concourrait parmi douze finalistes, sur 40 jeunes femmes au départ. L’épilogue du premier concours de beauté féminin organisé sur le sol africain, et non en dehors du continent, grâce au producteur sud-africain Neo Mashishi.

Jointe par RFI, l’heureuse élue confie sa joie, dédiant son titre à ceux qui l’ont soutenue au Ghana, mais aussi à tous ses frères et sœurs du continent. « C’est génial ! Et c’est une bénédiction, comme je l’ai dit depuis le début. C’est une bénédiction de devenir Miss Afrique, et je suis si reconnaissante envers tous ceux qui m’ont soutenue, si reconnaissante envers tout le monde ! Je les aime tous, et je vais essayer de faire de mon mieux, tout ce que je peux, pour aider à lever haut le drapeau du continent africain. Je le ressens comme une responsabilité immense. » Les organisateurs du concours « Miss Continent africain », qui espèrent pouvoir convaincre l’Union africaine (UA) de les soutenir à l’avenir, souhaitent que Rebecca Asamoah « puisse jouer un rôle pour tirer l’Afrique vers le haut », en menant des campagnes pour œuvrer contre les fléaux africains comme le paludisme, la pauvreté ou la xénophobie. L’intéressée parle également d’accès à l’eau, d’éducation, d’émancipation de la jeunesse, et d’environnement.

Source: RFI

Vos Commentaires

Partager l'article