dame justice

Kolda : l’inspecteur de l’éducation risque 3 ans de prison pour incitation à l’avortement

Audio en français

Audio en wolof

Pape Yoro Ba, inspecteur de l’éducation et de la formation à Kolda, réfute avoir incité son amante à avorter. Il risque tout de même trois ans de prison.

Son doctorat en Droit public en poche, Pape Yoro Ba entre dans la fonction publique. Il devient d’abord enseignant à l’école élémentaire, puis chargé de cours au Secondaire dans un établissement de Dakar. En 2014, il est affecté à Kolda comme inspecteur de l’éducation et de la formation. Marié et divorcé en 2013, le célibataire et père de deux enfants fait connaissance avec Khady Mané en 2015, lorsqu’elle emménage dans le même bâtiment que lui. « C’est elle qui a pris la chambre que j’occupais. Moi, j’en ai pris une autre à côté, dans le même immeuble », a raconté hier le prévenu aux juges. Dans les jours qui ont suivi, ils ont échangé leurs numéros de téléphones et commencé à se fréquenter. Ils ont fini par entretenir une liaison. « Elle venait me voir dans ma chambre, comme j’allais aussi la voir. Notre premier rapport sexuel a eu lieu le 9 octobre 2015. Mais je me protégeais à chaque rapport », a confié l’inspecteur de l’éducation.

Le 10 octobre de la même année, Khady Mané s’est rendue à Dakar pour y passer les vacances. Le 20 novembre, elle est revenue à Kolda. En décembre 2015, elle s’est rendu compte que ses galipettes avaient occasionné une grossesse. L’élève en classe de Terminale s’en est ouvert à son chéri. D’après la victime, Pape Yoro Ba lui a suggéré de se rendre au centre conseil ADO logé au CDEPS de Kolda pour se renseigner sur les modalités d’un avortement. « Ce que j’ai fait », a dit la victime. « Mais, a-t-elle ajouté, une dame du centre m’a déconseillée de le faire ».  Des propos confirmés par Larry Faty, conseillère en santé de la reproduction au centre conseil ADO, depuis 8 ans. « Je l’ai reçue dans mon bureau, le 27 février 2016. Elle m’a dit que son partenaire lui avait demandé d’avorter, dans la mesure où elle est une femme mariée à un émigré vivant en Espagne et aussi élève en classe de Terminale. Je lui ai déconseillé de le faire », a déclaré la dame.

Ainsi, lorsque l’échographie a confirmé la grossesse de trois mois et six jours, elle est retournée voir l’inspecteur Pape Yoro Ba.  « Il m’a demandé d’aller en Gambie ou en Guinée Bissau pour me faire avorter. Il ne voulait pas reconnaître la paternité. Il a brandi un billet de 10 mille francs, alors que je lui avais demandé la somme de 40 mille francs CFA ».  Remontée contre le « comportement irresponsable » du prévenu, Khady Mané a porté plainte contre son amant. Mais, l’inspecteur a balayé d’un revers de main toutes ces accusations, en déclarant qu’il n’a jamais demandé à la victime d’aller se faire avorter. Il a ajouté qu’il s’est protégé, lors de chacun de leurs rapports.

Mais le procureur a rejeté ces explications et requis trois ans d’emprisonnement ferme contre l’inspecteur de l’éducation. D’après lui, les faits sont constants. Ce que l’avocat du prévenu refuse. Selon Me Kansoubaly Bodian, il n’y a aucune preuve pouvant retenir son client dans les liens de la détention. « Tout est basé sur de simples déclarations de la victime. Mon client vous a dit qu’il n’a pas incité  Khady Mané à aller se faire avorter et il se protégeait à chaque rapport. Donc, je demande qu’il soit relaxé », a plaidé l’avocat.

Délibéré le 18 mai prochain.

Avec Enquête

Vos Commentaires

Partager l'article