Audio en français

Audio en wolof

Depuis que l’opposition sénégalaise a émis l’idée de faire de Me Wade, ancien Président de la République, tête de liste, le dossier du Fesman a été tiré des tiroirs, fouillé de fonds en comble pour révéler des scandales qui tournent autour de plus d’une vingtaine de milliards de nos francs qui n’auraient pas été prévus dans le budget initial, et qui auraient été gérés d’une façon nébuleuse par la patronne qui se trouve être Sindiely Wade.

Ces révélations ne laissent pas les Sénégalais indifférents. Birahim Seck du Forum civil est sorti de ses gonds pour exiger, de la part du Président Sall, de transmettre le rapport de l’Inspection générale d’Etat sur la question à la Justice au lieu de s’adresser à la presse pour une affaire aussi importante.

Mieux, le député Hélène Tine n’a pas hésité à dire que le pouvoir cherche à emprisonner la sœur après le frère, dans le seul but de stopper les ardeurs du père qui veut ainsi prendre la tête des troupes qui devront consacrer la défaite de la coalition au pouvoir.

Un argument qui est loin d’être saugrenu. Car, on peut se demander comment Sindiely a pu, jusqu’ici, échapper à la traque des biens mal acquis au point de n’avoir jamais été inquiétée alors que même si elle n’a jamais été Ministre, elle n’en a pas pour autant géré des fonds publics dans le cadre du  troisième Festival mondial des arts nègres (Fesman).

Il se trouve que si nous revenons un peu en arrière pour interroger l’histoire récente, on se rend compte que Macky s’était déjà prononcé sur cette question en ces termes : « Socialement, je ne pouvais pas mettre en prison Sindiely». Car, au moment où le rapport de l’Ige sur le Fesman tombait, mouillant Sindiely pour un montant de 400 millions de Fcfa, Karim était déjà en prison pour enrichissement illicite.

Certaines sources avaient signalé des transactions. Mieux, la fille de Wade aurait reconnu les faits.

Alors, aujourd’hui, qu’est-ce qui a changé ? C’est que le père Abdoulaye Wade est encore devenu un risque pour « le macky » qui ne veut nullement de la cohabitation après juillet.

L’ancien président devient menaçant et il peut être dangereux si jamais il revenait pour battre campagne. Il jouit d’un capital sympathie dont jouissent tous les anciens présidents sénégalais, à la différence des autres que Wade, lui, ne veut nullement décrocher.

Alors, c’est la Justice qui risque d’être activée, pour ne pas dire instrumentalisée, à des fins politiques. Non pas que Sindiely n’a rien fait, mais que la synchronisation des évènements, leur contexte en disent long sur les intentions du pouvoir.

Pour le moment, le rapport est transmis à la presse et non à la Justice. Mais cela ne saurait tarder. La démarche actuelle du pouvoir est un avertissement fort servi à « Laye Niombor ». Une façon de lui signifier que s’il persistait dans ses velléités de remorquer l’opposition par son aura, son expérience et ses sous, il devra en payer les conséquences par la poursuite possible de sa fille. Et Wade sait déjà de quoi est capable Macky. Ce dernier a déjà emprisonné le frère qu’il a gracié et exilé au Qatar. Affaire inédite dans l’histoire du Sénégal car la grâce libère le détenu de tout lien de privation de liberté et les autorités sénégalaises, gardiennes de la constitution et des lois, se sont, pour des raisons politiques, permises de violer allégrement la loi sur la grâce.

Si Macky peut se permettre cela, Wade ne saurait ignorer l’avertissement qui lui est ainsi lancé. Le Président avait des scrupules pour embastiller la sœur après le frère, il semble ne plus en avoir.

Du coup, on peut se demander si Wade ne va pas faire machine arrière, lui qui tient tant à la quiétude de sa famille et qui a beaucoup souffert du cas Karim.

En tout cas, le pouvoir qui tient là une trop belle occasion de sévir ne va pas hésiter. Le dossier transmis à la presse pourrait être transmis au juge. A moins que Wade n’en ait cure.

Assane Samb