0DDD0225-3B3F-4984-B45B-7ED07B9A9B2D

Interview avec Ndeye Banna Diop jeune écrivain, auteur de « Once upon a time ».

Audio en français

Audio en wolof

Nous vous présentons l’interview avec Ndeye banna Diop, une jeune sénégalaise  qui vient de publier son livre intitulé « Once upon a time ».

-Présentez-vous ?

Je m’appelle Ndeye Banna Diop j’ai 20 ans, je suis l’ainée de ma famille avec un petit frère et une petite sœur. Après avoir eu mon Baccalauréat en 2013 au collège Yavuz Selim, j’ai continué mes études à Eticca, je suis en 3ème année en Bachelor of Arts in International Business.

-Pouvez-vous nous présenter votre ouvrage ?

Comme je le dis souvent, “Once Upon a Time” est un ouvrage compose avec multiples éléments tel que les sentiments, les réalités de la vie etc. Il s’agit d’un ouvrage reflet de la société sénégalaise.

-Depuis quand vous avez commencé à écrire ?

J’ai commencé à écrire depuis ma terminale. C’est parti d’une petite chronique de rien du tout pour après devenir un livre.

-Combien de temps cela vous a pris pour écrire votre livre ?

J’ai commencé en terminale mais je prenais des pauses de plus de 3 à 4 mois et me concentrer sur les études mais après l’année passée j’ai pris mon temps et c’est fait pour 10 chapitres.

On va dire 3 ans au début mais moins les mois de répits et de concentration sur les études on va dire 1 an.

-Pourquoi vous avez choisi ce titre pour votre ouvrage « once upon a time » ?

J’ai eu beaucoup de mal à trouver un titre adéquat aux faits évoqués dans le livre d’autant plus que les histoires sont liées. J’ai fini par choisir « Once Upon a Time» (qui signifie Il était une fois) parce que c’est une expression assez vaste qui pourrait narrer toute une vie.

-Restons toujours sur le titre, j’ai constaté une série américaine basée sur des contes de fées qui porte le même titre serait-elle le socle de vos inspirations ?

Loin de là ! Pour dire vrai j’ai connu la série bien après l’envoi du livre à la maison d’édition. Il s’agit d’une simple coïncidence.

-On ressent une fiction, une jeune fille voulant se réaliser dans un autre continent. S’agit-il d’une histoire personnelle ?

Absolument pas. Ce n’est pas une histoire personnelle parce que Maya dans le livre elle voyage et vit avec sa tante vu qu’elle a perdu sa mère. Moi je n’ai jamais quitté le Sénégal et j’ai encore ma mère à mes cotés Alhamdoulilah. On va plutôt le qualifier de réel dans de la fiction. « Réel » du fait que les faits évoqués sont les faits de tous les jours dans notre société sénégalaise.

-Quel est le message que vous voulez transmettre à vos lecteurs ?

Lire est un plus ne l’oubliez jamais, ça permet de se retrouver. Quand je dis Lire je ne veux pas dire Lire du n’importe quoi, chaque personne doit trouver le genre qui lui correspond et l’exploiter. Vous verrez bien que lire guérit de beaucoup de maux.

-C’est rare de voir un jeune écrire un livre, comment pouvez vous nous expliquer ce premier, alors qu’on constate que la plus part des jeunes ne lisent plus.

Moi non plus je ne comprends pas comment j’ai fait lol. Pour dire vrai je n’ai rien planifié. Et une chose qui m’a beaucoup motivé quand j’ai enfin commencé à me concentrer sur ce livre c’est le fait que la plupart des jeunes ne lisaient plus. J’ai essayé de me mettre à leur place et j’ai compris que c’est parce qu’ils n’avaient pas vraiment le choix de lire ce qu’ils voulaient lire. Les jeunes veulent lire un livre où ils retrouveront leurs expressions (comme des lol des mdr etc), un livre où tout vient comme ça rien n’est planifié par des règles etc, un livre assez free et donc je me suis lancée sur cette voie et voilà.

-Comment vous avez fait pour éditer votre livre chez un éditeur français?

Je leur ai juste envoyé un mail pour avoir des renseignements et quand ils m’ont répondu je me suis retrouvée et j’ai commencé les démarches avec eux (toujours par mail).

-Quels sont vos projets ?

Hum je comptes publier mes 11 autres œuvres, 1 à 1 sûrement et aussi me concentrer sur le film que j’ai écris aussi. Tout en tenant en compte les cours bien sûr parce qu’être écrivain est une passion pas un métier.

Comment comptez vous y prendre dans la réalisation, vous avez déjà des partenaires ?

Non non du tout !!!

C’est la raison pour laquelle je n’ai pas encore commencé. Je suis toujours à la recherche de studio mais ça avance « Machallah ».

-Un dernier mot…

Pour le moment je n’ai pas encore de dernier mot lol. Je voulais juste remercier TOUT LE MONDE de leur présence et de l’intérêt qu’il donne à mon travail. J’ose persévérer grâce à ce monde derrière moi. Encore merci.

FB108503-0F06-4911-8BC0-AFF0FE6C33A0

Cheikh Abdoul Aziz Faye

 

 

 

 

 

 

 

 

Vos Commentaires

Partager l'article