Incinération de la drogue

Incinération de la Drogue : Aly Ngouille pour un changement de méthode

Audio en français

Audio en wolof

«La méthode nous interpelle parce que cet environnement et un environnement habité. Naturellement, avec la direction du vent, nous causons des désagréments au voisinage. C’est pourquoi j’ai demandé qu’on réfléchisse sur d’autres solutions. A titre d’exemple il y a des fours qu’on peut utiliser, avec une certaine collaboration, on pourra le faire. Pourquoi pas ne pas acheter des incinérateurs ? », a déclaré Aly Ngouille Ndiaye, ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique qui procédait ce jeudi matin à l’incinération de 4.5 tonnes de cannabis et de 300g de drogue dure saisies courant 2017. Parlant des méthodes de lutte contre la culture de la drogue, l’utilisation, et la circulation de ces herbes de la mort, Aly Ngouille Ndiaye prône la sensibilisation plutôt que la répression. «Nous incinérons aujourd’hui une importante quantité de cannabis évaluée à 4.5 tonnes et 300 grammes de drogue dure. Mais la lutte doit se poursuivre parce que nous sommes conscients des conséquences néfastes que cela cause.

Il faut continuer à sensibiliser la population surtout la jeunesse pour qu’elle n’y pense même pas. La sensibilisation est un volet important et plus important que la répression », reconnait le ministre de l’Intérieur.

Réagissant à une étude menée par un cabinet de la place sur la corruption qui concernerait à 95.9% la gendarmerie et la police, le ministre répond: «Je n’ai pas vu cette étude et j’en suis pas convaincu. Je pense que le niveau de corruption dépasse ces deux corps et je pense que c’est à tous les niveaux. »

 

Vos Commentaires

Partager l'article