conseil-de-securite-onu-1-11

Gambie : le conseil de sécurité avertit une 3e fois Jammeh

Audio en français

Audio en wolof

Le Conseil de Sécurité des Nations-Unies a sorti une troisième déclaration que la situation en Gambie, par la voix du représentant permanent de l’Espagne qui est à la tête de ce Conseil pour le mois de décembre. Rappelant la déclaration que les membres du Conseil ont faite à la presse le 10 décembre 2016 et prend note du communiqué du Président de l’Union africaine (Ua), en date du 10 décembre 2016 ainsi que du communiqué conjoint de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao), de la Commission de l’Union africaine et du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (Unowas) en date du 10 décembre 2016, concernant la situation en République islamique de Gambie.

Le Conseil de sécurité dit accueillir avec satisfaction et juge encourageantes les décisions sur la situation politique en Gambie adoptées par la Conférence des chefs d’État et de gouvernement de la Cedeao lors de sa cinquantième session ordinaire, tenue à Abuja le 17 décembre 2016, et les décisions prises par le Conseil de paix et de sécurité de l’Ua à sa 644e séance, tenue le 12 décembre 2016, et par l’Union africaine, de reconnaître Adama Barrow comme Président élu de la Gambie.

Le Conseil demande à nouveau à Yaya Jammeh, Président sortant, et aux autorités gambiennes compétentes «de respecter pleinement les résultats de l’élection présidentielle tenue le 1er décembre 2016, de respecter la volonté du peuple gambien de procéder à une transition pacifique et ordonnée et de transférer le pouvoir au Président élu, M.Adama Barrow, le 19 janvier 2017 au plus tard, conformément à la Constitution gambienne».

Le Conseil se félicite que les chefs d’État de la Cedeao aient décidé d’assister à l’investiture du Président élu, M. Barrow, qui aura lieu le 19 janvier à Banjul.

Le Conseil de sécurité demande que les forces de défense et de sécurité gambiennes fassent preuve de la plus grande retenue pour maintenir le calme à Banjul.

Vos Commentaires

Partager l'article