Mike Pence

Etats-Unis: Mike Pence a lui aussi utilisé une messagerie privée

Audio en français

Audio en wolof

Le vice-président américain Mike Pence aurait fait usage d’une messagerie privée alors qu’il était gouverneur de l’Etat de l’Indiana. Une affaire qui rappelle celle de l’ancienne candidate démocrate Hillary Clinton qui avait utilisé un serveur privé lorsqu’elle occupait le poste de secrétaire d’Etat. Si pour l’instant, les révélations concernant Mike Pence n’ont pas entraîné de séisme médiatique, elles viennent encore plus ternir l’image de l’administration Trump.

C’est le quotidien local The Indianapolis Star qui a mis le doigt sur les échanges de courriels en question. Selon le journal de l’Indiana, l’ancien fief de Mike Pence entre 2013 et janvier dernier, le désormais vice-président américain aurait utilisé un compte privé pour aborder à la fois de simples questions relative à la gestion de son Etat, mais également des questions confidentielles et d’autres ayant trait à la sécurité nationale.

Mike Pence a par exemple reçu via cette messagerie des rapports du FBI concernant l’arrestation de plusieurs personnes suspectées de terrorisme.

Et à la question de savoir si ces données sensibles pouvaient être piratées la réponse est déjà connue puisque le compte l’a effectivement été en juin 2016 : un piratage classique par le biais d’un courriel réclamant de l’argent.

Information embarrassante                                       

Si pour l’instant l’affaire ne fait pas encore les gros titres de la presse nationale, concentrée sur les rencontres entre Jeff Sessions, le procureur général des Etats-Unis, et l’ambassadeur russe durant la campagne électorale, cette histoire est tout de même embarrassante pour la Maison Blanche.

Et ce n’est pas le communiqué de l’équipe de Mike Pence qui va mettre un terme à la polémique : l’équipe du vice-président y explique qu’il est normal que durant son mandat de gouverneur Mike Pence ait conservé un compte de messagerie privé. Une justification qui n’explique pas de tels écarts selon The Indianapolis Star.

rfi.fr

Vos Commentaires

Partager l'article