Abdoulaye-Daouda-Diallo-1-1

Elections législatives : L’opposition plaide pour une Suppression de la caution

Audio en français

Audio en wolof

Le ministère de l’Intérieur et de la sécurité publique, Abdoulaye Daouda Diallo s’est concerté, ce jeudi matin à Dakar, avec les acteurs politiques sur la fixation de la caution pour les élections législatives du 30 juillet prochain. Si la majorité propose qu’il soit compris entre 5 à 10 millions FCFA, d’autres partis, principalement de l’opposition, plaident la suppression de la caution ». Dans tous les cas, le montant sera officiellement dévoilé le 1er mars prochain.

« Cette réunion est une étape, et pas des moindres, dans le processus de préparation des élections en ce qu’elle permet de respecter des conditions de recevabilité des dossiers de candidature pour les échéances prochaines», a fait savoir le ministre de l’Intérieur Abdoulaye Daouda Diallo.

La rencontre à réuni 45 intervenants et représentant différents partis politiques (car les candidats indépendants ne sont pas pris en charge pour le moment) qui ont émis des suggestions et propositions. Pour la majorité, ils ont estimé que la caution (à l’état de 20.000.000 FCFA) ne doit pas sortir de la fourchette de 5 à 10 Millions de FCFA au maximum, une somme remboursable si la liste a obtenu au moins un siège à l’Assemblée nationale.

«Suppression de la caution »

Une caution nécessaire pour éviter la pagaille électorale. Mais, pendant que certains ont émis l’idée de fixer cela au minimum à 5 millions et 10 millions au maximum, d’autres ont tout simplement proposé « la suppression tout bonnement de la caution pour permettre à tout un chacun de participer à ces joutes électorales ».
Une borne 0 à 20 millions est en toit cas établie. Et, le ministre promet que la caution ne va pas dépasser 20.000.0000 FCFA.

L’arrêté devant fixer la caution sera signée au plus tard 150 jours avant la date des élections.
Et les dépôts devront en principe se faire en l’espace de 5 jours (26 et 30 mai prochain) pour disposer de la quittance. Un montant qui doit être versé à la Caisse des dépôts et consignations en vue des élections législatives du 30 juillet 2017.

Pour le moment, 281 partis politiques sont répertoriés au Sénégal et les élections communales, municipales et départementales du 29 juin 2014 ont connu la profusion des listes : 2 700.
223 partis en 2012 et 281 en 2016, le ministre de l’Intérieur a fait savoir qu’il y a des demandes de récépissés en instance dans le processus et l’organisateur des élections de rassurer que tous les Sénégalais, qui sentent le besoin de se constituer en association, ont de droit de se constituer en parti ou mouvement politique librement. Ce qui sous-entend que le nombre de partis politiques au Sénégal sera revu à la hausse tout prochainement.

 

Vos Commentaires

Partager l'article