kenya

Elections au Kenya : Le Centre Carter félicite le peuple

Le Centre Carter félicite le peuple du Kenya pour la remarquable patience et la résolution qu’il a manifestées lors des élections du 8 août pour le président, les gouverneurs, les sénateurs, l’assemblée nationale, les représentants des femmes et les assemblées de comté. Avec une démonstrationimpressionnante de leur engagement envers le processus démocratique, les Kenyans n’ont pas été condamnés par de longues lignes et ont voté dans une atmosphère généralement calme et paisible.
Alors que le peuple kenyan s’est exprimé dans l’urne, le processus électoral est toujours en cours alors que la Commission indépendante des élections et des frontières (IEBC) continue le comptage et la finalisation des résultats. Jusqu’à ce que les résultats officiels soient annoncés, il est essentiel que toutes les parties et les candidats s’abstiennent de faire des déclarations sur les résultats.
Bien que les processus de vote et de comptage du jour des élections aient fonctionnellement fonctionné, la transmission électronique des résultats des bureaux de vote aux 290 centres de circonscription, où les résultats officiels sont comptés, s’est avérée peu fiable. L’IEBC a conseillé aux responsables des élections de revenir à des copies papier des formulaires de résultats, qui fournissaient un mécanisme fiable pour tabuler les résultats. Des résultats non officiels ont également été transmis au centre de comptage national, où ils ont été affichés sur son site Web. Malheureusement, l’affichage précoce des chiffres de vote au niveau national n’a pas été accompagné, comme était prévu, par les scans des formulaires de résultats des bureaux de vote, ni qualifiés de non officiels, ce qui a entraîné une certaine confusion quant à l’état des résultats officiels.
À la lumière de ces problèmes, l’IEBC a publié une déclaration le 9 août appelant à la patience pendant que le processus de comptage se poursuit. En outre, l’IEBC a déclaré que les résultats présidentiels signalés sur le site Web étaient non officiels – les résultats officiels sont ceux qui sont comptabilisés dans les circonscriptions. Citant des plaintes concernant le système électronique de transmission de résultats et d’autres problèmes, le candidat de l’opposition, Raila Odinga a déclaré que le bilan des résultats au centre de comptage national n’était pas légitime et qu’il n’accepterait pas des résultats infondés. Associé aux problèmes rencontrés dans la transmission des données, ces déclarations ont entraîné une tension accrue parmi ses partisans et créé des préoccupations au sujet d’une menace de violence dans certaines régions du pays.
En dépit des problèmes initiaux liés à la transmission électronique des résultats, les formulaires de résultats du bulletin de vote et des bureaux de vote fournissent un mécanisme vérifiable pour effectuer un comptage en l’absence des formulaires de résultats électroniquement numérisés. L’IEBC continue la finalisation du processus de comptage dans les 290 centres de circonscription, où les formulaires de résultats présidentiels des bureaux de vote (Formulaire 34A) sont tabulés pour calculer le résultat total de la circonscription (formulaire 34B), qui sont ensuite transmis au centre national de comptagede l’IEBC. Comme dans les bureaux de vote, les agents des partis politiques au niveau national ont eu pleine accès aux processus de comptage et ont pu vérifier contrevérifier les résultats du Formulaire 34A par rapport aux copies disponibles aux agents des partis politiques dans les bureaux de vote. En outre, IEBC est en train de réaliser des copies scannées des formulaires 34A disponibles pour les candidats et le public en ligne.
Le processus de comptage d’IEBC, si entièrement implémenté, permet un haut niveau de transparence et de responsabilité. L’IEBC devrait continuer à collecter et à publier les résultats de manière transparente jusqu’à ce que le processus soit conclu, de sorte que l’intégrité globale du processus puisse être vérifiée. En outre, toutes les parties et leurs agents devraient bénéficier d’un accès complet aux processus de comptaged’IEBC à tous les niveaux afin que toutes les divergences puissent être revues et découvertes.
À mesure que le processus se poursuit, il est essentiel que tous les Kenyans maintiennent leur engagement envers la paix. En cas de litige sur les résultats officiels des élections, le Centre Carter demande aux candidats et aux parties d’utiliser les voies légales établies pour les résoudre et de veiller à ce que leurs partisans restent calmes tout au long de la période électorale restante.
Mission d’observation du Centre Carter. La mission d’observation des élections à court terme du Centre pour les élections du 8 août a été menée par John Kerry, ancien secrétaire d’État américain et Dr. Aminata Touré, ancien Premier ministre du Sénégal. La mission comprenait plus de 100 observateurs issus de 34 pays d’Afrique et du monde entier. Le jour de l’élection, les observateurs du Centre Carter ont évalué le processus électoral dans 424 bureaux de vote dans 185 circonscriptions dans 39 comtés et le processus de comptage des votes dans 36 centres de comptage électorales des circonscriptions.
La mission d’observation du Centre Carter a bénéficié d’une collaboration étroite avec d’autres missions internationales d’observation, dont l’Union africaine, le COMESA, le Commonwealth, la Communauté de l’Afrique de l’Est, l’Union européenne, la CIRGL, l’IGAD et l’Institut national démocratique, ainsi que des consultations Avec les principaux groupes d’observation des élections au Kenya et d’autres parties prenantes.
Les observateurs du Centre Carter resteront au Kenya pendant plusieurs semaines pour évaluer la conclusion du dépouillement et l’environnement post-électoral

Vos Commentaires

Partager l'article