9415967-15086072

Education Nationale : Le ministre – l’Etat met sur la table 65 milliards pour la résorption des abris provisoires d’ici 3 ans»

Audio en français

Audio en wolof

L’état du Sénégal veut plus d’abris provisoires faisant office de salle de classe, dans un horizon de 2 à 3 ans. Le ministre de l’éducation nationale Serigne Mbaye Thiam a annoncé que le gouvernement mise sur un programme de partenariat Public-Privé d’un coup global 65 milliards de F CFA pour atteindre cet objectif, lors d’un entretien accordé au magazine La Gazette.

«Le chef de l’Etat a instruit le gouvernement d’envisager une solution d’éradication complète des abris provisoires. Et à cet effet, de faire appel au partenariat public-privé (PPP). D’avoir un privé qui entreprend un projet de résorption complète des abris provisoires, à charge pour l’Etat de payer des redevances sous forme de location-vente pendant un certain nombre d’années» a confié le ministre Serigne Mbaye Thiam.

Thiam de poursuivre, «cette solution de partenariat public-privé est intéressante, parce que le montant qui est nécessaire pour résoudre les abris provisoires est estimé à 65 milliards Fcfa. Le budget de l’Etat seul ne pouvait pas le supporter sur une ou deux années, car il y a les autres urgences dans le système éducatif et ailleurs. Donc cette solution de PPP permet à l’Etat de payer à tempérament pendant un certain nombre d’années et nous avons reçu quatre offres spontanées pour résorber les abris provisoires».

A en croire le ministre, des offres sont enregistrés et qu’il y’a « un comité interministériel qui est en train de se réunir pour évaluer les offres sur le plan économique, sur le plan financier et sur le plan technique, pour pouvoir faire des propositions au gouvernement».

« Donc, si une des offres est concluante et acceptable par l’Etat, notre pays pourra résoudre le problème des abris provisoires, dans un horizon de 2 à 3 ans» a-t-il conclue

A noter, en fin 2015, le Sénégal comptait 6622 abris provisoires, représentant 11 % des salles de classe.

 

Vos Commentaires

Partager l'article