chanvre-indien1

Diourbel : Un accusé écope de 5 ans de travaux forcés pour trafic de chanvre indien

Audio en français

Audio en wolof

La chambre criminelle du tribunal de grande instance de Diourbel a condamné lundi à 5 ans de travaux forcés El Hadji Magueye Gningue pour détention, trafic et contrebande de chanvre indien. Les faits avaient eu lieu au mois de juin 2016. C’est le simple contrôle de routine d’un bus par des agents de la brigade mobile des douanes sur l’axe Diourbel- Gossas qui a fait tomber l’accusé.  Les douaniers étaient en effet tombés, dans le compartiment des passagers, sur un sac de couleur noire. Ayant remarqué qu’aucun des passagers ne s’était manifesté pour réclamer la propriété du sac en question, ils l’ont ouvert et y avaient découvert 4 paquets contenant du chanvre indien d’un poids de 3,5 kg.

A l’enquête, le chauffeur du bus a déclaré n’être pas en mesure d’en reconnaître le propriétaire, avant de préciser que ce sont ses apprentis qui s’occupaient du chargement des bagages des passagers. A l’information judiciaire, le chauffeur a maintenu sa déclaration et soutenu que ses apprentis avaient désigné l’accusé, mais que celui-ci niait être le propriétaire du sac. Inculpé de détention et trafic de chanvre indien et de contrebande, il a réfuté les faits. A la barre, il a encore persisté dans la dénégation, en expliquant qu’il avait embarqué à bord du bus pour se rendre à Dakar et que c’est un des apprentis qui l’avait désigné comme étant le détenteur du chanvre indien. « Les témoignages des apprentis peuvent servir de charge mais ce qu’il faut noter, les témoins n’ont pas été clairs dans leurs déclarations », notent les conseils de l’accusé.

Pour eux, “les déclarations circonstanciées des apprentis du bus ne sont pas des preuves sérieuses établies’’ contre leur client.

Vos Commentaires

Partager l'article