Gouvernement

Dette : Le gouvernement anticipe une baisse de recettes de 400 milliards en 2018

Audio en français

Audio en wolof

La polémique autour de l’endettement du Sénégal qui agite le débat politique en ce moment est loin de connaitre son épilogue. Le député de l’opposition, Mamadou Lamine Diallo, s’est livré à des explications pour démonter les arguments brandis par le ministre de l’Economie, Amadou Bâ, notamment sur le vote de la loi des finances.

«Dans le projet de loi des finances, le gouvernement demande à l’Assemblée nationale d’autoriser le président de la République à contracter des emprunts, à recevoir des dons au nom de l’Etat du Sénégal et à lever des ressources de trésorerie pour un montant total de 1686,8 milliards», destiné, selon lui, à «financer le déficit budgétaire pour 367 milliards, des investissements pour 517 milliards, l’amortissement de la dette pour 618,8 milliards, des prêts projets pour 62 milliards, des opérations de trésorerie pour 75 milliards et à recevoir des dons pour 47 milliards».

Or, selon Mamadou lamine Diallo repris par Vox Populi, «les dépenses approuvées au budget général (hors comptes spéciaux du trésor équilibrés) s’élèvent à 3597,8 milliards pour des recettes fiscales, non fiscales et exceptionnelles de 2392,8 milliards. Ce qui veut dire que le président ne devrait rechercher des ressources (dons et emprunts) que pour 1205 milliards (3597,8 moins 2392,8). Pour quelle raison Amadou Bâ demande 1686,8 milliards soit 481,8 milliards de plus ?», s’interroge le député, qui croit savoir que «c’est le financement du Ter qui coûterait donc 1000 milliards comme annoncé par le député Ousmane Sonko. Seuls 44 milliards ont été inscrits au budget 2018 pour une programmation triennale de 568,2 milliards», tient-il à préciser.

Sa conviction ? «Le gouvernement anticipe une baisse de recettes de 400 milliards en 2018, ce qui ne serait pas en ligne avec le taux de croissance annoncé et la pression fiscale».

Vos Commentaires

Partager l'article