agent-impot-et-domaine-prison

Délit de fuite : Le fils du maire Aïda Sow Diawara condamné à deux mois de prison ferme

Audio en français

Audio en wolof

Le fils de Aïda Sow Diawara, député-maire de Golf, du nom de El Hadj Malick Diop est dans de beaux draps. Car, il va passer les deux prochains mois en prison. En effet, il a été condamné, hier, par le juge des flagrants délits de Dakar, pour délit de fuite et blessure involontaire au préjudice d’un transitaire du nom de Ibrahima Cissokho. En plus, son permis de conduite a été suspendu et il devra s’acquitter d’une amende de 56.000 Frs Cfa.

Les faits se sont déroulés dans la nuit du 13 au 14 mai dernier. Au volant de sa voiture, le fils du maire de Golf a violemment fauché le transitaire Ibrahima Cissokho. Sans aucun remord, il a abandonné la victime sur la chaussée avant de prendre la poudre d’escampette. Les personnes venues au secours de la victime ont eu la présence d’esprit de relever le numéro de la plaque d’immatriculation du véhicule. A la suite de cela, le blessé est acheminé à l’hôpital. Munie d’un certificat médical, la partie civile a porté plainte contre le mis en cause, qui a été identifié grâce au numéro d’immatriculation du véhicule.

A la barre, la victime qui s’est déplacée à l’aide de béquilles est revenue sur sa mésaventure, en soutenant qu’il pisse du sang, depuis son accident. «Si des gens n’étaient pas tombés sur la scène ou bien s’ils ne m’avaient pas secouru rapidement, j’allais me vider de tout mon sang à cause des graves blessures que m’occasionné le choc», explique-t-il. Le transitaire Ibrahima Cissokho a aussi déploré le comportement du mis en cause, qui n’a pas venu à son chevet pour s’enquérir de son état de santé. C’est pourquoi il a demandé que ses intérêts civils lui soient réservés jusqu’à ce qu’une expertise médicale soit effectuée.
Naturellement, le prévenu a balayé d’un revers de main les déclarations de la partie civile, en arguant qu’il n’a pas pris la fuite. «Je pensais que j’avais affaire à des agresseurs, c’est pour cela que je n’ai pas voulu trainer sur les lieux.
Une version qui n’a pas convaincu le ministère public. Le parquetier a estimé que les faits ne souffrent d’aucun doute avant de requérir trois mois de prison ferme.
Toutefois, le conseil de la défense a tenté d’expliquer l’attitude de son client par le souci de sauver sa vie. «Mon client n’a pas commis de délit de fuite. Il a cédé à un instinct de survie», a annoncé son avocat, avant de plaider une application extrêmement bienveillante de la loi pénale.

Vos Commentaires

Partager l'article