ase aminata sy

Culture : la présidente de l’ASE dénonce le piratage

La contrefaçon porte un grand préjudice aux éditeurs sénégalais dont les œuvres sont régulièrement piratées, a déploré jeudi, à Saly-Portudal (Mbour, ouest), Aminata Sy, présidente de l’Association sénégalaise des éditeurs (ASE).

‘’Avec ce problème de contrefaçon, on rencontre d’énormes problèmes’’, a dit Mme Sy qui s’exprimait à l’occasion d’un atelier de renforcement des capacités des éditeurs.

La rencontre qui porte sur ’’les droits d’auteurs d’un manuel scolaire, les droits voisins et la contrefaçon’’.

Elle vise à mobiliser autour de cette problématique les éditeurs, les décideurs politiques, les acteurs culturels ainsi que les partenaires du Sénégal, pour le développement de l’édition nationale, l’accès des éditeurs nationaux aux marchés publics, la préférence nationale, le développement du réseau national des bibliothèques et le respect des droits d’auteurs..

’’Nous éditeurs, publions et commercialisons des ouvrages. Le contenu de l’ouvrage appartient à une personne qu’on appelle auteur, mais c’est l’éditeur qui investit son argent pour fabriquer l’ouvrage. Et en fin d’exercice, il paie à les droits d’auteur’’, a-t-elle expliqué.

Au sujet de la contrefaçon, ’’il suffit de se rendre à Sandaga pour constater que toutes leurs œuvres sont étalées par des gens qui les vendues comme bon leur semble, sans rien dépenser’’, a dénoncé Mme Sy.

Elle a indexé ’’le côté négatif’’ des nouvelles technologies avec des machines très performantes de photocopie qui ’’leur permettent de pouvoir vendre moins cher’’.

En effet, là où les libraires vendent un produit à trois mille francs CFA par exemple, les faussaires peuvent le céder à mille francs CFA, a t-il expliqué.

Source : APS

Vos Commentaires

Partager l'article