cimetiere

Cimetière de Pikine : le corps d’une vieille de 80 ans exhumé

Audio en français

Audio en wolof

Malgré la sécurité renforcée au cimetière de Pikine, une profanation de tombe a encore eu lieu dans le cimetière. En effet, c’est le corps d’une vieille de 80 ans décédée Lundi et inhumée le Mardi qui a été exhumé et jeté à l’air libre. Et c’est un homme, venu se recueillir  sur la tombe de sa femme, qui a fait la découverte dans la matinée d’hier. Surpris de trouver un corps enrôlé de son linceul,  il alerte les gardiens qui à leur tour ont alerté la police de Pikine et les Sapeurs-pompiers, qui se sont déplacés sur les lieux accompagnés du procureur.

Ainsi, après constat, le procureur a demandé à ce qu’on enterre à nouveau le corps. Et la police a ouvert une enquête pour identifier le ou les profanateurs. D’ailleurs, on nous informe que les premières auditions ont commencé hier. Cependant, la question sur l’efficacité des mesures prises par le maire de Pikine, après que deux corps ont été exhumés il y a près de deux mois.  Rappelons que, le cimetière de Pikine a été au début du mois de Décembre 2015, au-devant de l’actualité avec  deux corps qui  avaient été exhumés dans un premier temps. Alors que les gens spéculaient sur le ou les auteurs de cet acte, deux autres corps (ceux d’un bébé et d’une vieille dame d’une soixantaine d’années) avaient été retrouvés hors de leur tombe. Face à cette situation, le maire avait donné des instructions à ses services techniques pour l’installation de projecteurs mais également la réhabilitation du mur de clôture ainsi que le recrutement de gardiens. Car jusque-là, la sécurité était gérée par les fossoyeurs et après 17 heures ils quittaient tous les lieux. A propos de ces fossoyeurs, l’un d’eux, Saër Niang, a été écroué car après la première découverte, il avait déclaré à qui voulait l’entendre qu’il en savait beaucoup sur les profanations mais qu’il préférait garder le silence plutôt que de dénoncer les auteurs.
La profanation de tombe n’est pas uniquement une spécialité des cimetières de Pikine. Et pour cause, au cimetière Thierno Ndiaye de Thiaroye, trois linceuls de cadavre ont été emportés courant février. A Kébémer des suspects ont été surpris au cimetière du village de Thiolom Fall en train d’enfouir des gris-gris et objets mystiques.

Abdoulaye DIOP

Vos Commentaires

Partager l'article