Barthélémy Dias prêt à tout pour être blanchi

Audio en français

Audio en wolof

Après le renvoi de son procès à cause de son immunité parlementaire, le maire de Mermoz Sacré Cœur a rencontré la presse cet après-midi pour mettre les points sur les i. Prêt à troquer son mandat de député contre ce procès qu’il n’a cessé de réclamer depuis 2011, Barthélémy Dias demande à Moustapha Niasse de ne pas le pousser à la démission.

Rien à faire, Barthélémy veut son procès. Le maire de Mermoz Sacré Cœur est catégorique. Pour lui, il est impératif que les Sénégalais puissent savoir ce qui s’est réellement passé ce jour-là. «Il faut que ce procès ait lieu; ne serait-ce que par respect à la famille de Ndiaga Diouf mais aussi par respect pour la mémoire du défunt. J’ai fait parvenir une correspondance au président de l’Assemblée Nationale et aux 140 députés il y a de cela deux (2) ans pour renoncer à mon immunité parlementaire afin que lumière soit faite sur cette affaire», a fait savoir Barthélémy Dias.

A en croire le député-maire socialiste, tout ce boucan autour du procès, c’est juste un complot qui cherche à l’éliminer de la sphère politique. «Tout être doué de raison sait que je suis la cible préférée du pouvoir depuis un certain temps. Il faut reconnaître que tous les moyens sont bons pour se débarrasser de nous (il fait référence à Khalifa et Cie). Le soit disant procès des jeunes de Dakar confirme la liquidation de Khalifa Sall. Quant à moi, ils pensent pouvoir m’écarter avec ce cinéma», se désole-t-il.

Poursuivant, Barthélémy Dias soutient: «J’ai l’impression que l’on veut me pousser à démissionner de mon poste de député parce que ma démission serait un grand bénéfice pour le parti au pouvoir. Même si ce n’est pas ce que je veux, je n’hésiterais pas à démissionner de mon poste de député si rien n’est fait pour lever mon immunité parlementaire. J’ai toujours refusé un non-lieu parce que je crois fermement qu’il est temps que l’on me permette de dévoiler les vrais commanditaires de ce crime».

«C’est pas parce que j’ai tiré que j’ai tué Ndiaga Diouf»

Tirant à boulets rouges sur le système judiciaire, le maire de Sacré Cœur Mermoz affirme qu’il n’a jamais été entendu; il a été simplement été mis sur mandat de dépôt pour qu’il ne puisse pas participer pas aux élections.  «J’ai été libéré après trois demandes de liberté provisoire parce que l’autopsie a révélé que la balle qui a tué Ndiaga Diouf avait été tirée par un homme couché ou accroupi. Alors qu’à aucun moment de cette fusillade, je ne me suis couché ou accroupi. En plus de ça, deux gardes du corps des personnalités de l’ancien régime ont été placés sous mandat de dépôt puis libérés juste après deux heures à Rebeuss. J’ai à ma disposition une preuve pour régler une bonne fois pour toute cette histoire», dit-il

Pour ce qui est de la conférence de presse de son parti prévue demain 21 octobre, Barthélémy Dias se veut clair: «lors de ce face à face avec la presse, les seules questions qui devraient être traitées sont les mauvaises conditions de vie des citoyens sénégalais. Toute autre déclaration ne servirait à rien », a clamé Barthélémy Dias.
Jotay

Vos Commentaires

Partager l'article

Translate »