Yen-a-marre-681x454-696x464

APR : parti promoteur de Y EN A MARRE

Audio en français

Audio en wolof

le rassemblement réussi du Mouvement Y EN A MARRE, l’APR vient de prouver qu’elle est un parti frileux qui s’affole vite, panique pour rien et fulmine contre tout vent qui passe. Ce rassemblement a eu lieu le 07 Avril 2017. C’est fini et la vie continue. Mais l’APR en est encore secouée. Pratiquement, tous les responsables ruent dans les brancards. Finalement, sans s’en rendre compte, ils font ardemment la promotion de Y EN A MARRE, amenant même la presse nationale et internationale à orienter ses radars sur Fadel Barro et Cie. L’APR donne ainsi à Y EN A MARRE un halo surdimensionné. Et c’est drôle que ce soient de hautes personnalités du Macky qui se singularisent par de malhabiles sorties au vitriol contre Y EN A MARRE. Les uns diabolisent sans apporter des répliques convaincantes, les autres incriminent, et d’autres encore accusent de chantage. Et la plus grande erreur politique a été commise par l’ingénieux journaliste Yakham Mbaye, teigneux, fougueux et impulsif parce que courageux et tenace dans le combat qu’il a engagé avec Macky. En voulant contre-manifester contre Fadel Barro et Cie, il s’est érigé intuitivement en Chargé de Communication de Y EN A MARRE.

Yaxam : chargé de Com de Y EN A MARRE

En politique, c’est œil pour œil, dent pour dent. Mais la retenue y est fondamentale. Ministre de la République siégeant dans l’institution gouvernementale, Yakham Mbaye a commis l’erreur de fulminer contre Y EN A MARRE qui a pourtant, un moment, perdu du terrain et de sa force de mobilisation. Mais en le défiant avec un esprit puéril, il a ratissé en sa faveur et en agitant la menace d’une contre-manifestation, il a alimenté l’intérêt des populations pour ce mouvement. Il a attiré vite les attentions sur son rassemblement dont l’annonce a vite paniqué le régime. Le Ministre Yakham Mbaye a indubitablement ignoré que le mépris est la plus grande gifle à assener à un adversaire, surtout s’il s’agit d’un mouvement de rappeurs et de danseurs dont le manteau a été souillé dans une affaire de corruption. Mais l’APR lui a fait retrouver une légitimité hier perdue avec les aléas du temps.

Y EN A MARRE : une légitimité retrouvée

Les fulminations de Yakham Mbaye ont fait oublier que Y EN A MARRE a été cité dans l’affaire Lamine Diack, encore que la conjoncture qui a vu son émergence est différente du contexte actuel. Avec l’usure du temps, le mouvement ne disposait plus de sa force d’influence. Mais en brandissant une contre-manifestation, Yakham Mbaye lui a rendu une légitimité qui claudiquait pour devenir un bon-droit. S’il avait, avec toute l’APR, opposé un mépris à Fadel Barro et Cie, le rassemblement n’allait point drainer du monde. Mais derrière sa personne de Secrétaire d’Etat, Y EN A MARRE, l’opposition et de nombreux citoyens ont vu un régime à défier. Devant l’adversaire qui n’incarne pas de menace, il ne faut pas aveuglément adhérer au principe de la jungle. Le combat politique n’est pas une fourberie de bataille et de procès hâbleur. Les gens de l’APR, par leur arrogance et leur fulmination, se montrent maladroits et tocards. Ils sont tous à la merci de leurs passions. C’est la cause de leurs nombreuses gaffes. Avec eux, on découvre que l’homme politique n’est pas, au Sénégal, un être de retenue et de raison mais un Mackyavéliste aventurier.

Un Mackyavélisme naissant

Certes Y EN A MARRE a une certaine influence en raison de sa ligne juvénile et de ses diatribes qui emportent de nombreux jeunes Sénégalais contre Macky. Ce n’est pas un mouvement à minimiser. Wade et le PDS en savent bien quelque chose. Macky Sall ne l’ignore pas pour avoir politiquement et électoralement bénéficié de son influence. Mais contre ce Mouvement et contre toute l’opposition, un Mackyavélisme prend forme. Macky s’identifie à un grand lecteur de Nicolas Machiavel. Dans LE PRINCE, cet écrivain florentin du 16ème siècle professe qu’en politique, « il y a deux manières de combattre. L’une par les lois et l’autre par la force ». Aujourd’hui, l’instrumentalisation de la Justice et l’abus du Pouvoir d’Etat qui dispose du monopole de la violence légitime, illustrent que Macky Sall est un vrai praticien de la méthode Machiavel. La quête du juste milieu au moyen d’un dialogue raisonnable et rationnel n’est pas son fort. Pire, les gens de son parti ajoutent à cette stratégie machiavélique, l’arrogance et la suffisance. Les arrogantes répliques contre l’opposition et contre Y EN A MARRE ne relèvent que d’une grossièreté qui rabaisse leurs auteurs. La personnalité de ceux qui réagissent contre Y EN A MARRE est institutionnelle. Mais, ils élèvent les animateurs de ce mouvement à leur niveau et leur donnent, par effraction, un halo popularité et de notoriété en les promouvant sur la scène publique.

Le Piroguier

Vos Commentaires

Partager l'article