forage

Approvisionnement en eau de Touba : les menaces des travailleurs de l’hydraulique

Audio en français

Audio en wolof

Trois mois d’arriérés de salaire, plus de 45 millions de rappel différentiel de salaire non payés, le non respect d’une décision de justice en leur faveur. Ce sont, entre autres les motifs   de la colère des travailleurs de l’hydraulique, membres du syndicat national des travailleurs des travailleurs de l’hydraulique. En cette veille de Magal, les camarades de Yelli Coulibaly menacent de perturber l’approvisionnement en eau de Touba.

C’est des travailleurs dans le désarroi qui ont tenu à se faire entendre es autorités étatiques. Depuis la réforme intervenue dans le secteur de l’hydraulique, ces travailleurs ne savent plus à quel Saint se vouer. Ils considèrent qu’il y’a « un manque total de vision et de professionnalisme dans cette réforme qui les a placé dans la précarité.

Selon le secrétaire général du SNTH, les travailleurs, victimes de cette réforme vivent les moments les plus sombres de leur existence. « D’autres ne parviennent plus à payer leur loyer. Les enfants ne vont plus à l’école. Certains parmi nos camarades vivent aujourd’hui une vie de clochard. Parce que tout simplement leurs droits ne sont pas respectés par leur employeur » peste Yelli Coulibaly.

Ils exigent « le respect et l‘application des recommandations des termes de référence portant la création  et la mise en place de l’OFOR qui consistent à laisser aux agents le libre choix entre le statut de l’OFOR et leur statut d’origine ». « Mais pas de la manière comme le fait le Dg de l’OFOR en imposant son choix  sur les uns et en utilisant les autres comme bon le semble » fulmine le SG du SNTH.

Les travailleurs de l’hydraulique qui exigent le paiement de 45 326 041 millions de rappel différentiel de salaire et de trois mois d’arriérés de salaire (aout, septembre, octobre) et le recrutement des agents bénévoles, menacent de perturber l’approvisionnement en eau de Touba pendant la période du Magal.

« Aujourd’hui, nous nous acheminons vers le grand rendez-vous du Magal de Touba, les agents (conducteurs de forages, maintenanciers et chauffeurs de camions citernes) qui ont toujours assuré l’approvisionnement en eau potable sur l’étendu de la ville sainte sont actuellement à trois mois d’arriérés de salaire, ce qui laisse croire que tout peut arriver » menace Yelli Coulibaly.

Ils interpellent le Chef de l’Etat et le Khalife général des mourides pour qu’une solution rapide soit apportée à leur « calvaire ». « Prenez la décision qui s’impose. Justice, rien que la justice doit être le slogan de l’air Macky Sall, Monsieur le Président » a fait savoir Yelli Coulibaly, secrétaire général du syndicat national des travailleurs e l’hydraulique du Sénégal.

Source: igfm

Vos Commentaires

Partager l'article