Mame Mbaye Niang

ANPEJ: Agence nationale ou succursale de l’APR ?

Audio en français

Audio en wolof

Abraham Lincoln a averti ! « On peut tromper tout le monde une partie du temps. Mais on ne peut tromper tout le monde tout le temps. ». Et l’Agence nationale pour la Promotion (et non pour la Création) de l’Emploi des Jeunes voit son masque partisan tomber.

Les jeunes du Sud, après s’être soumis à des normes en phase avec des projets crédibles et finançables, s’indignent en toute légitimité contre la politisation abusive des financements de l’ANPEJ dont ne bénéficieraient que des jeunes de l’APR. Cette tendance vicieuse est bien sénégalaise. Les partis et leurs alliés qui accèdent au Pouvoir versent toujours dans le favoritisme partisan, surtout dans le cadre de financement de projets, d’assistance sociale et de politique de solidarité.

Les Sénégalais ont déjà vu ce qui se passe avec la Délégation à la Solidarité nationale. Et on en voit encore avec l’ANPEJ dont le Directeur général est de l’APR, quand bien même il est Magistrat. Et le Ministre de la Jeunesse, de l’Emploi et de la Construction citoyenne, est un radical de l’APR dont le nom est évoqué soit dans des bourdes, soit dans des chicaneries de jeunes de la COJER. La politique politicienne altère ainsi les grandes orientations politiques et attise les antagonismes dans la mise en œuvre de projets et de programmes.

L’ANPEJ doit présenter des résultats capillaires et rendre publics tous les projets qui ont été financés ainsi que le profil des bénéficiaires. Déjà, des porteurs de projets dans le domaine agricole, artisanal et dans celui de l’élevage, se révoltent, dans la zone australe du Sénégal, contre une « confiscation des financements au profit de ceux qui se réclament du parti au pouvoir, l’Alliance Pour la République ».

Boubacar Goudiaby et Ismaël Badji ont porté la parole de ces jeunes citoyens sénégalais. Une seule alternative s’impose donc : que l’ANPEJ procède à une énumération précise de ceux qui ont bénéficié de financements et relève le défi de prouver qu’il n’y a aucun favoritisme partisan.

Domou rewmi

Vos Commentaires

Partager l'article