Affaire juge Souleymane Teliko : Symbole d’une justice gérée par l’intimidation


JUSTICE
Audio en français

Audio en wolof

L’ouverture d’une procédure disciplinaire par le ministre de la justice contre le Magistrat Souleymane Teliko pour avoir adressé à ses collègues une lettre privée dans laquelle il fustige la consultation à domicile est le symbole d’une justice administrée par l’intimidation sous le silence assourdissant du Président de la République.

Aujourd’hui force est de constater que le recours systématique à la consultation à domicile pose un sérieux problème au sein du Conseil Supérieur de la Magistrature. Cette procédure de nomination de magistrats parfois à des postes très importants de l’appareil judiciaire n’est pas unanimement partagée, déjà au mois de février, le juge Ibrahima Hamidou Dème relevait dans sa lettre de démission que cette procédure consistant en une saisine individuelle des membres du Conseil pour recueillir leur avis sur les propositions formulée ne garantit ni la transparence, ni le respect du principe constitutionnel de l’inamovibilité du juge.

Alors questions, pourquoi le ministre de la justice persiste à faire recours à cette procédure dite consultation à domicile? Est-ce une procédure qui aura une influence subjective sur les décisions à rendre par le juge? Le Garde des Sceaux, ministre de la justice, chargé de préparer les propositions de nomination répondra certainement à ces interrogations. Vous nous répondrez que c’est une procédure légale prévue par la loi mais faudrait-il préciser monsieur le Ministre que la loi vous permet d’y faire recours qu’en cas d’urgence. Mais vu le recours systématique que vous en faites, l’exception semble devenir la règle.

Ainsi, le Forum du Justiciable :

• Dénonce le recours excessif de la consultation à domicile ;
• Fustige la convocation du Magistrat Téliko devant la commission de discipline ;
• Exige l’annulation de la convocation du Magistrat Téliko ;
• Invite l’exécutif a quitté le Conseil Supérieur de la Magistrature ;
• Rappelle qu’il n’y a pas de démocratie, de liberté ni d’équité si la justice n’est pas libre ;
• fera fasse a toute tentative de musèlement du juge Téliko

Fait à Dakar le 17 Avril 2017
Président

Vos Commentaires

Partager l'article