Dakar-renoue-avec-les-inondations

4ème Forum des prévisions climatiques saisonnières:Des « inondations et des attaques phytosanitaires » attendu

Audio en français

Audio en wolof

Une partie de l’Afrique dont le Nord Sénégal devait s’attendre à des « cumuls pluviométriques excédentaires » pouvant entrainer des « inondations et des attaques phytosanitaires » pour les périodes Juin-Juillet-Août et Juillet-Août-Septembre. 

C’est le 4ème Forum des prévisions climatiques saisonnières des caractéristiques pluviométriques, agro-climatologiques et hydrologiques de la saison des pluies 2017 pour la zone soudano-sahélienne de l’espace CILSS/CEDEAO qui s’était tenu du 15 au 19 mai 2017 à Accra au Ghana, qui avait sonné l’alerte.

D’après un document officiel consulté par Leral.net, il en est ressorti que : « Les zones couvrant le Nord Ghana, le Nord Togo, le Nord Bénin, l’Est Burkina Faso, l’Ouest Nigéria, l’Ouest Niger, le Centre Mali, le Sud Mauritanie, le Nord Sénégal, le Sud Tchad et l’Est Cameroun peuvent s’attendre à des cumuls pluviométriques excédentaires et des dates de début de saison précoces pouvant entrainer des inondations et des attaques phytosanitaires. »

Toutefois, dans ces zones, la croissance des cultures pourraient en outre être affectée par les séquences sèches plus longues attendues dans la première partie de la saison. Les pays de l’ouest de la bande sahélienne peuvent aussi s’attendre à une fin de saison précoce qui exposerait les cultures à un risque de sécheresses pouvant affecter le parachèvement normal des cycles des cultures.

Les prévisions saisonnières issues de ce forum sont l’objet d’un consensus autour des produits des modèles de prévision, des observations sur l’état des océans et des connaissances actuelles sur le climat de la sous-région.

Les résultats de cette prévision avaient ainsi donné les tendances probables des cumuls pluviométriques pour les périodes Juin-Juillet-Août et Juillet-Août-Septembre, des dates de début et de fin de la saison des pluies, des durées des séquences sèches les plus longues au cours de la saison et des débits moyens des hautes eaux dans les grands bassins fluviaux de la sous-région.

Par ailleurs, le même rapport avait aussi avancé que le Centre du Tchad peut s’attendre à des cumuls pluviométriques excédentaires, des dates de début de saison précoces, des dates de fin tardives et à des séquences sèches longues pouvant affecter l’installation des cultures en début de saison.

En dehors du bassin du Mono et de la partie inférieure de la volta couvrant le Ghana, le Togo et le Benin, tous les bassins fluviaux ouest africains peuvent connaitre des écoulements moyens à excédentaires cette année ; avec des risques d’inondations par endroit notamment dans le Niger moyen, le système du Lac-Tchad et le bassin du fleuve Sénégal. »

Aussi, dans le Mono et la partie inférieure de la volta, il y a un risque de déficit d’écoulement pouvant entrainer une baisse de la disponibilité de la ressource en eau pour les utilisateurs locaux (gestionnaires des barrages, irrigation, etc.),

Les récentes pluies au Sénégal avec des inondations à Tambacounda, Matam et Saint Louis semblent corroborer ces prévisions faites par le 4ème Forum de Prévisions climatiques saisonnières 2017 en Afrique soudano-sahélienne en mai 2017.

Rappelons que ce forum d’Accra a été organisé par le Centre Régional AGRHYMET/CILSS et le Centre Africain pour les Applications de la Météorologie au Développement (ACMAD), en collaboration avec les Agences Nationales de la Météorologie et de l’Hydrologie du Ghana, les experts des pays de l’Afrique de l’Ouest et du Centre en charge du suivi et de l’élaboration des informations climatiques, agro-climatiques et hydrologiques, et les représentants des Organismes des Bassins fluviaux de la sous-région.

 

Léral

Vos Commentaires

Partager l'article